LINDA LEMAY
La centenaire (2002)


LA CENTENARIA
Letra y música: Linda Lemay

Ca fait cent longs hivers
Que j'use le même corps
J'ai eu cent ans hier
Mais qu'est-ce qu'elle fait la mort

J'ai encore toute ma tête
Elle est remplie d'souvenirs
De gens que j'ai vus naître
Puis que j'ai vu mourir

J'ai tellement porté d'deuils
Qu'j'en ai les idées noires
J'suis là que j'me prépare
Je choisis mon cercueil

Mais l'docteur me répète
Visite après visite
Qu'j'ai une santé parfaite
Il est là qu'y m'félicite

J'ai vu la première guerre
Le premier téléphone
Me voilà centenaire
Mais bon, qu'est-ce que ça me donne

Les grands avions rugissent
Y'a une rayure au ciel
C'est comme si l'éternel
M'avait rayée d'sa liste

Ca fait cent longs hivers
Que j'use le même corps
J'ai eu cent ans hier
Mais qu'est-ce qu'elle fait la mort

Qu'est-ce que j'ai pas fini
Qu'y faudrait que j'finisse
Perdre un dernier ami
Enterrer mes petits-fils?

J'ai eu cent ans hier
Ma place est plus ici
Elle est au cimetière
Elle est au paradis

Si j'meritais l'enfer
Alors c'est réussi
car je suis centenaire
et j'suis encore en vie

Moi j'suis née aux chandelles
J'ai grandi au charbon
Bien sûr que j'me rappelle
Du tout premier néon

J'ai connu la grande crise
J'allais avoir 30 ans
J'ai connu les églises
Avec du monde dedans

Moi j'ai connu les chevaux
Et les planches à laver
Un fleuve tellement beau
Qu'on pouvait si baigner

Moi j'ai connu l'soleil
Avant qu'y soit dangereux
Faut-il que je sois veille
Venez m'chercher, bon dieu

J'ai eu cent ans hier
C'est pas qu'j'ai pas prié
Ca aurait tout l'air
Que dieu m'a oublié

Alors j'ai des gardiennes
Que des nouveaux visages
Des amies de passage
Payées à la semaine

Elles parlent un langage
Qui n'sera jamais le mien
Ca m'fait du chagrin
D'avoir cinq fois leur âge

Et mille fois leur fatigue
Immobile à ma fenêtre
Pendant qu'elles naviguent
Tranquilles sur internet

C'est vrai qu'j'attends la mort
C'est pas qu'j'sois morbide
C'est qu'j'ai cent ans dans l'corps
Et qu'j'suis encore lucide

Mais qu'y a plus rien à mordre
C'est qu'mon passé déborde
Et qu'mon avenir est vide

On montre à la télé
Des fusées qui décollent
Est-ce qu'on va m'expliquer
Ce qui m'retient au sol

Je suis d'une autre école
J'appartiens à l'histoire
J'ai eu mes années folles
J'ai eu mes heures de gloire

J'ai eu un bon mari
Et quatre beaux enfants
Mais tout l'monde est parti
Dormir au firmament

Et y'a que moi qui veille
Qui vis, qui vis encore
Je tombe de sommeil
Mais qu'est-ce qu'elle fait la mort

Hace cien largos inviernos
Que gasto el mismo cuerpo
Ayer cumplí cien años
Pero ¿qué está haciendo la muerte?

Conservo aún la cabeza
Está llena de recuerdos
De gente que he visto nacer
Y que he visto morir luego

He llevado tantos duelos
Que tengo las ideas negras
Estoy ahí y me preparo
Elijo mi ataúd

Pero el doctor me repite
Visita tras visita
Que tengo una salud perfecta
Y me felicita

He visto la Primera Guerra
El primer teléfono
Ahora soy centenaria
Pero ¿de qué me sirve?

Los grandes aviones rugen
Hay una raya en el cielo
Es como si el Eterno
Me hubiera borrado de su lista

Hace cien largos inviernos
Que gasto el mimo cuerpo
Ayer cumplí cien años
Pero ¿qué está haciendo la muerte?

¿Qué es lo que aún no he terminado
Y que debería terminar?
¿Perder un último amigo?
¿Enterrar a mis nietos?

Ayer cumplí cien años
Mi sitio ya no está aquí
Está en el cementerio
Está en el Paraíso

Si mereciera el infierno
Entonces, buen trabajo
Puesto que soy centenaria
Y aún estoy con vida

Nací con la luz de las velas
Crecí con el carbón
Por supuesto que me acuerdo
Del primer neón

Conocí la gran crisis
A punto de cumplir los 30
Conocí las iglesias
Con gente dentro

Conocí los caballos
Y las tablas de lavar
Un río tan hermoso
Que podíamos bañarnos

Conocí el sol
Antes de que fuera peligroso
¿Es preciso que sea vieja?
Ven a buscarme, Dios mío

Ayer cumplí los cien años
Y no es por haber rezado
Parece más bien
Que Dios se ha olvidado de mí

Tengo cuidadoras
Que son sólo caras nuevas
Amigas de paso
Que cobran por semanas

Hablan un idioma
Que nunca será el mío
Y me da mucha pena
Tener cinco veces su edad

Y mil veces su cansancio
Inmóvil en mi ventana
Mientras que ellas navegan
Tranquilas por Internet

Es cierto que espero la muerte
No es que yo sea morbosa
Es que tengo cien años en el cuerpo
Y que aún estoy lúcida

Que ya no queda nada por descubrir
Que mi pasado se desborda
Y que mi futuro está vacío

Veo por la tele
Cohetes que despegan
¿Puede explicarme alguien
Qué me retiene en el suelo?

Soy de otra escuela
Pertenezco a la Historia
He vivido años locos
He vivido momentos gloriosos

Tuve un buen esposo
Y cuatro hermosos hijos
Pero todos se han marchado
A dormir en el firmamento

Y solo quedo yo, velando
Viviendo, viviendo todavía
El sueño me cierra los ojos
Pero ¿qué está haciendo la muerte?

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada

VISITAS