JEAN FERRAT
Potemkine (1965)


POTEMKIN
Letra y música: Jean Ferrat

M'en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde
Qui chante au fond de moi au bruit de l'océan
M'en voudrez-vous beaucoup si la révolte gronde
Dans ce nom que je dis au vent des quatre vents

Ma mémoire chante en sourdine
Potemkine

Ils étaient des marins durs à la discipline
Ils étaient des marins, ils étaient des guerriers
Et le cœur d'un marin au grand vent se burine
Ils étaient des marins sur un grand cuirassé

Sur les flots je t'imagine
Potemkine

M'en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde
Où celui qui a faim va être fusillé
Le crime se prépare et la mer est profonde
Que face aux révoltés montent les fusiliers

C'est mon frère qu'on assassine
Potemkine

Mon frère, mon ami, mon fils, mon camarade
Tu ne tireras pas sur qui souffre et se plaint
Mon frère, mon ami, je te fais notre alcade
Marin ne tire pas sur un autre marin

Ils tournèrent leurs carabines
Potemkine

M'en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde
Où l'on punit ainsi qui veut donner la mort
M'en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde
Où l'on n'est pas toujours du côté du plus fort

Ce soir j'aime la marine
Potemkine

Me guardaréis rencor si os evoco un mundo
Que canta dentro de mí con el rumor del océano
Me guardaréis rencor si la revuelta ruge
En este nombre dicho al viento de los cuatro vientos

Mi memoria canta en sordina
Potemkin

Eran marineros duros y con disciplina
Eran marineros, eran guerreros
Y el corazón de un marino al viento abierto se burila
Eran marineros en un gran acorazado

Sobre los oleajes te imagino
Potemkin

Me guardaréis rencor si os evoco un mundo
En el que quien tenga hambre será fusilado
El crimen se prepara y la mar es profunda
Que frente a las revueltas suben los fusileros

Es mi hermano al que asesinan
Potemkin

Mi hermano, mi amigo, mi hijo, mi camarada
No dispararás sobre el que sufre y se queja
Mi hermano, mi amigo, te nombro nuestro alcalde
Marinero no dispares a otro marinero

Giraron sus fusiles
Potemkin

Me guardaréis rencor si os evoco un mundo
Donde se castiga así a quien quiere acabar con la vida
Me guardaréis rencor si os evoco un mundo
Donde no siempre se está del lado del más fuerte

Esta noche amo la Marina
Potemkin

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada

VISITAS