JANE BIRKIN
Avec le temps (versión)

[Ir a la interpretación de Léo Ferré >>>]


CON EL TIEMPO
Letra y música: Léo Ferré

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
On oublie le visage et l'on oublie la voix
Le cœur, quand ça bat plus, c'est pas la peine d'aller
Chercher plus loin, faut laisser faire et c'est très bien

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
L'autre qu'on adorait, qu'on cherchait sous la pluie
L'autre qu'on devinait au détour d'un regard
Entre les mots, entre les lignes et sous le fard
D'un serment maquillé qui s'en va faire sa nuit
Avec le temps tout s'évanouit

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
Même les plus chouettes souv'nirs ça t'as une de ces gueules
A la gal'rie j'farfouille dans les rayons d'la mort
Le samedi soir quand la tendresse s'en va toute seule

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
L'autre à qui l'on croyait pour un rhume, pour un rien
L'autre à qui l'on donnait du vent et des bijoux
Pour qui l'on eût vendu son âme pour quelques sous
Devant quoi l'on s'traînait comme traînent les chiens
Avec le temps, va, tout va bien

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
On oublie les passions et l'on oublie les voix
Qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens
Ne rentre pas trop tard, surtout ne prends pas froid

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
Et l'on se sent blanchi comme un cheval fourbu
Et l'on se sent glacé dans un lit de hasard
Et l'on se sent tout seul peut-être mais peinard
Et l'on se sent floué par les années perdues
Alors vraiment... avec le temps... on n'aime plus

Con el tiempo…
Con el tiempo, va, todo se va
Olvidas el rostro y olvidas la voz
Cuando el corazón no late ya, no vale la pena ir
A buscar más lejos, hay que dejar hacer y ya va bien

Con el tiempo…
Con el tiempo, va, todo se va
Aquella que adorabas, que buscabas bajo la lluvia
Aquella a la que adivinabas en el recodo de una mirada
Entre las palabras, entre las líneas y bajo el colorete
De un juramento maquillado que se va a hacer la noche
Con el tiempo todo se desvanece

Con el tiempo…
Con el tiempo, va, todo se va
Incluso los mejores recuerdos, pones una de esas caras
En los almacenes revuelvo en las secciones de la muerte
El sábado por la tarde cuando la ternura se marcha sola

Con el tiempo…
Con el tiempo, va, todo se va
Aquella a la que creías por un catarro, por una tontería
Aquella a la que dabas viento y joyas
Por la que hubieras vendido el alma por unas monedas
Delante de la cual te arrastrabas como se arrastran los perros
Con el tiempo, va, todo va bien

Con el tiempo…
Con el tiempo, va, todo se va
Se olvidan las pasiones y se olvidan las voces
Que te decían bajito las palabras de las pobres gentes
No vuelvas demasiado tarde, sobre todo no cojas frío

Con el tiempo…
Con el tiempo, va, todo se va
Y te sientes pálido como un caballo extenuado
Y te sientes helado como en una cama de azar
Y te sientes solo tal vez pero tan pancho
Y te sientes timado por los años perdidos
Entonces realmente… con el tiempo… ya no se ama

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada

VISITAS